Playlist du Score 
Pour écouter le Score du film composé par Steve Jablonsky, cliquez sur l'image en dessous


Partenaires

Tchat Blablaland
Carte de Géolocalisation

Pour plus d'informations sur la carte de géolocalisation, cliquez ici.

Pour vous inscrire directement, cliquez sur ce bouton :

Free.fr parle de Transformers 2

Aller en bas

Free.fr parle de Transformers 2

Message par Pirotess le Jeu 21 Mai - 19:43



Voici un article présent sur le site de free.fr. Même s'il ne révèle pas de nouvelles informations importantes, j'ai trouvé intéressant de la diffuser ici sur le forum!



On précise notamment comment Michael imagine le fait que l'existence des Transformers ait pu rester secrète après les évènements du premier film.

On nous dit également, dans quel état d'esprit, il a voulu réaliser cette suite et comment s'est déroulé sa campagne de désinformation.

[...]« J'ai demandé aux scénaristes d'écrire ce deuxième épisode en se disant qu'il n'y aurait pas de troisième épisode », précise Michael Bay. « Les spectateurs sont toujours déçus du deuxième épisode. J'ai donc dit aux scénaristes de faire comme si j'allais en avoir assez de ces robots après le deuxième et que je ne ferai pas de troisième. » Résultat : « plus de fun, plus d'humour, plus de passion, plus d'émotion... » Enfin, c'est Michael Bay qui le dit.

L'histoire se passe deux ans après les événements du premier film et rien n'a changé. Les Transformers ont toujours leur existence tenue secrète même s'ils ont menacé de détruire la planète au vu et au su de tout le monde. « On a pris le parti de se dire que tout le monde est passé à autre chose », explique Michael Bay. « Prenez n'importe quel événement mondial, comme le tsunami. Deux semaines plus tard, plus personne n'en parlait. En dépit du côté horrible de cette catastrophe, tout le monde est passé à autre chose. C'est quelque chose de bizarre. Donc, dans le film, on dit que tout est faux, que c'est un canular et que les aliens n'existent pas. On joue avec la désinformation, du genre : ‘Les gens ne savent pas ce qu'ils ont vu.' C'est comme ça qu'on réussit à cacher encore un peu nos robots. »

Et la désinformation, Michael Bay connaît. Il l'a mise aussi en pratique, dans la réalité, pendant les cent jours qu'a duré son tournage. L'équipe a été jusqu'à imprimer de fausses feuilles de service, écrire de fausses scènes et inventer de faux personnages sur les vraies feuilles de service et les laisser traîner sur les décors après leur départ. Des scripts ont aussi été volontairement modifiés en fonction des personnes à qui ils étaient donnés. Au final, seules douze à quinze personnes ont eu le vrai scénario entier dans les mains. La production voulait protéger le film mais aussi les spectateurs, pour qu'ils aient encore des surprises en le découvrant.



Pour continuer, on parle du nombre des robots du film, que l'on savait déjà plus nombreux. Ensuite il est question de la complexité à traiter certains d'entre eux..

Les surprises devraient surtout venir des robots. « Vous ne voyez en fait que le sommet de l'iceberg de ce qu'on peut faire avec nos personnages et nos robots », continue Michael Bay. « Les personnages sont déjà plus drôles et on a une palette plus large de robots. Certains sont stupides, d'autres vieux, d'autres minuscules. » Il y avait une douzaine de robots dans le premier Transformers. Une bonne quarantaine est annoncée pour le deuxième film.

[...]

« Optimus Prime était fait de 10 000 pièces », rappelle Scott Farrar, le superviseur des effets visuels. « Sur Transformers 2, certains robots sont cinq à dix fois plus compliqués. Et chaque pièce qui les compose doit être exacte et bouger de façon exacte. Certains ont quatre à seize couches d'informations pour que telle ou telle pièce ressemble à du plastique ou du verre, du chrome étincelant ou du métal rouillé. C'est comme un gros sandwich, on superpose les couches les unes sur les autres en commençant par l'arrière-plan jusqu'au premier plan. Devastator, par exemple, est composé de pièces de gros engins de construction et de chantier. On a photographié ces véhicules et leurs pièces détachées puis on les a recréées en images de synthèse pour que Devastator apparaisse réel à l'écran. Quant à sa taille, disons que dix personnes pourraient facilement tenir dans sa main... »


Côté humains et lieux de tournage :


Côté humains, les personnages principaux font leur retour. Judy et Ron Witwicky, les parents de Sam, voyagent en France (Paris va encore souffrir). Le Capitaine William Lennox et le Sergent Robert Epps tirent toujours dans le tas. Le colérique Reggis Simmons, viré des services secrets, travaille dans le petit resto de sa maman, à New York. Mikaela Banes bosse dans la boutique de motos de son père. Et Sam Witwicky est à l'université. « Sam essaye de vivre une vie normale », souligne l'acteur Shia LaBeouf, tentant « d'entretenir une relation longue distance avec sa petite amie et une relation d'amitié avec son copain non humain. Il essaye de maintenir un semblant de normalité et d'équilibre mental dans sa vie alors que la situation est juste démente. La première fois, il avait été pris dans ce tourbillon à cause de ses ancêtres et, là encore, il ne peut échapper au passé. Il commence à avoir des visions, comme Archibald Witwicky, et il a l'impression de perdre la tête. Et il est de nouveau en fuite. » Cette fois, les Decepticons ne veulent pas le tuer mais le capturer parce qu'il semble trop en savoir sur leurs liens avec notre civilisation... Des liens qui remonteraient au moins au temps des pyramides. Le débat a d'ailleurs fait rage sur le plateau du tournage de Transformers : la revanche, pour savoir qui des hommes ou des extraterrestres ont construit les pyramides. « Tout le monde a toujours voulu savoir comment elles ont été construites », sourit Michael Bay. « On vous l'explique dans le film. »


Ledit film ouvre ainsi sur le site de Gizeh, en Egypte, alors que les pyramides ne sont pas encore érigées, et finit au même endroit, quelques milliers d'années plus tard, dans un affrontement entre humains et robots. La production américaine a eu l'autorisation, assez exceptionnelle, de tourner au pied des pyramides et celle, un peu plus exceptionnelle, de filmer d'un hélicoptère par-dessus les pyramides avec une caméra IMAX (trois scènes du film sont filmées en IMAX) et celle, encore plus exceptionnelle, d'avoir un acteur, John Turturro en l'occurrence, grimper sur la « petite » pyramide de Mykérinos pour invectiver un Transformer imaginaire. Le scénario a dû passer par les mains de la censure des Egyptiens pour être sûr qu'il n'offensait ni leur culture, ni leur langue, ni leur population, ni leur religion. Après sept mois de va-et-vient administratif, Michael Bay a pu débarquer au Caire pour quelques jours de tournage, histoire de donner un petit côté authentique au film. La majorité des scènes autour des pyramides a été tournée aux Etats-Unis sur le site reconstitué à l'identique. D'autres séquences ont été filmées un peu partout sur le sol américain, dont une au Nouveau Mexique qui a impliqué toutes sortes d'engins militaires roulants et volants, des tirs d'armes légères mais surtout lourdes, plein de soldats et d'humains hurlant à s'en décrocher les poumons et une série d'explosions gigantesques de plus de 2 000 litres d'essence. La routine, quoi, pour un film de Michael Bay.


Source : Free.fr




_________________



avatar
Pirotess
Modérateur
Modérateur

Nombre de messages : 953
Date d'inscription : 24/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Free.fr parle de Transformers 2

Message par Katsuhono le Jeu 21 Mai - 21:38

une série d'explosions gigantesques de plus de 2 000 litres d'essence. La routine, quoi, pour un film de Michael Bay.


:rofl:
avatar
Katsuhono
   
   

Nombre de messages : 363
Date d'inscription : 23/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum